Accueil RueDuTeeShirt.com
RueDuTeeShirt.com
Boutique communautaire de tee shirts originaux,
sweat shirts et autres vêtements imprimés par nos soins en France.
 


Nouvelle de studionègre !

Une petite nouvelle de notre cher graphiste, pour information, je vous rappel que ce blog est ouvert à tous, n'hésitez pas à nous faire passer des articles !

Je vous laisse avec ce texte inspiré du "Bulletin de Santé" de Brassens :

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Je ne suis ni Rimbaud, ni Baudelaire, ni Shakespeare. Cela est entendu. Cependant, je dis que s'il ne fait pas preuve d'un minimum d'ambition, l'écrivain velléitaire n'est qu'un sale gosse qui joue avec un crayon. Moi, j'ai un peu de prétention quand j'attrape ma plume pour raconter une histoire. Sinon, autant se la planter dans le cul - la plume -, et aller faire son intéressant sur les plateaux de télévision. D'autres le font. Et d'ailleurs de façon brillante, il faut le reconnaître.

Avec mes formules à l'emporte-pièce et ma mauvaise foi carabinée, il paraît du reste que je suis, moi aussi, un assez bon client pour les émissions où ça s'engueule. Et après tout, ce n'est pas parce qu'on a des lettres et un certain goût pour les phrases qu'on est forcé de bouder le petit écran. Certes, les animateurs qui m'invitent sont souvent vulgaires. Certes, ils sont presque toujours parfaitement incultes. Mais même si je me fais rare et que je n'use de leurs services qu'avec retenue, ils me donnent une caisse de résonance que nulle revue littéraire ne peut offrir.

Malgré ces pratiques publicitaires fort discutables, j'en conviens, je conserve quelques camarades lettrés qui me font l'amitié de continuer à lire mes livres et à les trouver plutôt bons. Contrairement à la mienne, leur vertu, intègre, ne s'accommode pas des filouteries audiovisuelles, et ils préfèrent, pour leurs propres écrits, souffrir d'un échec inique que jouir d'une réussite démesurée. Ils ont tort. Car le talent personnel n'est pas soluble dans la médiocrité des autres.

Une chose, néanmoins, me contrarie dans ce jeu médiatique convenu : la vérole papetière des gazettes nécrophages. À mon âge avancé, je ne compte plus le nombre de trépas dont cette presse faisandée m'a fait l'honneur. Et je conteste avec la dernière énergie le droit de ces gens à profiter financièrement de mes succès de librairie, en me prêtant cirrhose fulgurante, cancer en phase terminale ou chiasse afghane. Leur plus récente lubie consiste à me décrire quasi comateux en raison d'une spectaculaire perte de poids.

Agonisant, souffreteux, rongé de l'intérieur par un mal aussi mystérieux que vorace, j'en serais, d'après eux, à préparer mes obsèques afin d'épargner cette sinistre besogne à ma copieuse descendance. Ils n'y sont pourtant pas du tout, ces salauds, puisque je n'ai en réalité perdu ma bedaine chérie que pour plaire à mon actuelle petite danseuse. Une diva approximative, sans voix, à qui j'ai promis un texte de chanson, et qui s'efforce depuis bientôt dix ans de percer dans l'univers cruel de la variété industrielle.

Nonobstant un arrière-train magnifique, propre à débaucher le plus froid des séminaristes, elle n'est dotée d'aucun sens musical, ni d'aucun rythme vocal – aptitudes dont elle s'approche toutefois de temps à autre lorsque nos agapes érotiques la conduisent au bord de dérailler. Toujours est-il qu'avec son beau cul et sa grande gueule, elle demeure injustement au bas d'une échelle que d'autres ont escaladé avec bien moins d'atouts.

Aujourd'hui, c'est jeudi. Le jeudi de ma diva. Seulement, cette semaine, je n'irai pas lui présenter mes hommages rituels. J'ai un autre rendez-vous. Tout aussi galant, du moins je le souhaite, mais beaucoup plus inattendu : la rédactrice en chef de l'une des feuilles de choux qui m'accablent en ce moment a sollicité une rencontre et, à sa grande surprise, j'ai accepté.

Par ailleurs épouse du principal gratte-papier qui sévit dans son torchon, elle espère probablement décrocher pour lui une interview exclusive qui lui permettrait de vendre autant de papier en démentant une fausse nouvelle qu'elle en a vendu en la propageant. Savant calcul de boutiquière ! Exclusive, la conversation le sera à coup sûr. Mais pour la dame et non pour son commis de mari, car j'entends que l'expédition se termine au plumard. Et avant la fin de la journée.

J'arrive volontairement très en avance au siège du journal. Je suis reçu tout de suite. Ma courtoisie naturelle, mon charme inégalé, mes attentions vigilantes, ont tôt fait de séduire la marchande de scandales à six sous. Elle ne voit rien venir. Déjà, elle minaude et expire. Encore dix minutes de ce traitement de faveur, et je pourrai m'asseoir près d'elle, lui toucher la main, l'embrasser même.

Une plaisanterie tout en finesse, qui déclenche un rire énamouré, un bon mot que j'emprunte à Guitry, voici qu'elle est à point. Cuite à coeur, saisie comme une viande rouge qu'elle est de toute façon, elle n'a plus la moindre chance de m'échapper. Ma chère, les vieillards de mon acabit n'ont pas tous abdiqué leur virilité !

Finalement, elle a le ventre et l'esprit plus étroits que je ne l'avais d'abord cru. Amazone émancipée tellement à l'aise dans son monde journalistique misogyne et brutal, elle a, paradoxe réjouissant, longtemps gardé des pudeurs de jeune fille tandis que je la besognais. Maintenant endormie à plat ventre sur le sofa de son bureau, elle ne reviendra pas à elle avant un bon quart d'heure. Je connais mon affaire ! Ce qui me laisse largement le temps d'accomplir le dessein polisson qui a motivé ma visite.

Je dévoile son petit derrière serré, qu'elle a pris soin de recouvrir d'une étole avant de s'assoupir. Joliment blanches, à peine striées de la marque de mes mains qui les ont pétries allègrement, ses fesses nues dessinent un arrondi gracieux sur le cuir noir du canapé. Je dégaine de ma poche revolver un crayon feutre indélébile. Mon préféré. Celui des dédicaces. Avec lui, le papier le plus glacé ne fait pas couler l'encre, le carton le plus rugueux ne fait pas trembler la main. Une merveille.

Sur la peau de ma proie, il glisse aussi vite que sur un bristol et trace mon autographe comme une marque au fer rouge. L'évanouie ne se réveille pas. Ce soir ou demain, cette signature en forme de poing sur la gueule claquera au visage de l'ignoble plumitif qui fantasme ma mort et ma déchéance. Il en gardera peut-être une marque sur le front : celle des cocus bafoués. Grand bien lui fasse.

Nègre

29/08/12 10:25
par Mathieu ( Admin )
Commentaire : 24








Les commentaires
    Le 29 août 2012 10:42 par Studionègre
Bon ben prem's.
    Le 29 août 2012 11:00 par loursin91
Deuz ;)
    Le 29 août 2012 11:08 par Patrol
Belle prose ^^
    Le 29 août 2012 11:11 par Studionègre
Merci m'sieur !
    Le 29 août 2012 11:13 par loursin91
Ouais, ça m'a bien plu aussi ;)
    Le 29 août 2012 11:41 par BabaO
sympotoche en effet :)
    Le 29 août 2012 11:45 par Studionègre
Content que ça vous plaise. Car ces petites fantaisies ont surtout pour vocation d'amuser ceux et celles qui les lisent !
    Le 29 août 2012 11:50 par oblik
sympa :)
    Le 29 août 2012 13:48 par Kataramanaravana
arf j'aime beaucoup la fin ^^
    Le 29 août 2012 13:56 par Sebtantesept
Belle plume! Il en reste finalement encore quelques-unes dans ce bas monde!
On peut te trouver en librairie?
    Le 29 août 2012 13:56 par Studionègre
Hé hé.
Pour ceux qui la connaissent pas, ci-dessous la chanson en question :
http://www.yout...3;v=DfK6oL8ImaQ
    Le 29 août 2012 14:00 par Studionègre
>Sebtantesept : pas en librairie, non. J'ai bien tenté, à quelques reprises, ma chance chez des éditeurs mais j'ai jamais pris la peine de suivre leurs conseils et mes textes ne sont édités. Juste quelques exemplaires en autoédition pour faire des cadeaux aux proches. Merci à toi en tous cas.
    Le 30 août 2012 09:14 par Sebtantesept
En tout cas, je pense que tu devrais tenter à nouveau de te faire éditer. Les temps changent, les points de vue aussi! Et pourquoi pas en faire parvenir un exemplaire à des personnalités qui pourraient t'aider à te lancer?
    Le 30 août 2012 10:11 par Studionègre
Arf ! T'es bien sympa avec moi, merci, mais je sais qu'il faut beaucoup de temps et d'abnégation pour forcer la décision en matière d'édition littéraire. Et je ne dispose ni de l'un ni de l'autre !
Ça me rappelle une petite anecdote : il y a une bonne vingtaine d'années, un mien pote s'était mis en tête d'être édité. Je le cite : "je suis jeune et bien appétissant pour les vieilles carnes du milieu littéraire. Je monte donc à Paris, je me prends une chambre de bonne dans le VI°, je fais des provisions de vaseline, et je vais voir tous les éditeurs de la place". Il l'a fait. Et il a publié un petit livre rigolo. Ça été sa seule édition.
    Le 30 août 2012 10:15 par revameditee
L'édition c'est difficile, perso j'ai réussit à me faire éditer mais un ami qui connaissait quelqu'un.... enfin tu vois ^^
courage ton écriture est agréable à lire !
    Le 30 août 2012 10:40 par loursin91
Le buzz du net peut être plus efficace qu'un tube de vaseline ^^
    Le 30 août 2012 10:50 par Studionègre
Y'a vingt ans le buzz du net, c'était de la science fiction ! ^^
Cela dit, compte tenu des conneries sans nom qui font le buzz, je ne suis pas certain qu'il soit très flatteur de sortir du panier à la suite d'une agitation internesque.
Non, je pense que Sebtantesept et Reva ont raison : mieux vaut jouer sur les connaissances et/ou sur les personnalités.
    Le 30 août 2012 11:15 par chris2rire
Tu publies tes écrits sur un blog ?
    Le 30 août 2012 11:32 par Studionègre
Nan. Juste dans mon tiroir ! Et j'ai deux trucs sur un site d'autoédition que j'ai découvert grâce à Mattdez : http://www.thebookedition.com. Ça me permet de faire imprimer proprement les textes pour des cadeaux.
    Le 31 août 2012 09:16 par Sebtantesept
Continue à nous en faire profiter à l'occasion en tout cas!
    Le 31 août 2012 09:33 par Studionègre
Je n'y manquerai pas !
    Le 1 septembre 2012 09:47 par kang
beau texte Mister !
    Le 1 septembre 2012 12:22 par Studionègre
Merci mam'zelle.
    Le 2 septembre 2012 12:57 par inconnu
en forme le stud sa fais plais, mauvais herbe va!!!
PRECEDENTS
SUIVANTS
Conditions générales de vente  |  Nous contacter  |  Mode d'emploi  |  Les produits  |  Graphistes, postez votre visuel de tee-shirt
Logo de rueduteeshirt.com
RueDuTeeShirt.com (RDTS) est une boutique communautaire de T-Shirts personnalisés aux visuels originaux imprimés par nos soins en France. Les graphistes de la communauté créent des visuels qui sont soumis aux votes des internautes. Les visuels les plus populaires sont imprimés et mis en vente.

LES CATEGORIES DE T-SHIRTS

 T shirt humour | T shirt flex | T shirt fun | T shirt detournement parodie | T shirt en promotion | T shirt enfants | T shirt message | T shirt animaux | T shirt musique | T shirt film cinema | T shirt alcool | T shirt geek | T shirt humour noir | T shirt graphik | T shirt ecolo | T shirt bestiole | T shirt dark | T shirt texte | T shirt sport | T shirt comics heros | T shirt phrase | T shirt sauvez la planete | T shirt homme | T shirt rock | T shirt jeux video | T shirt skull tete de mort | T shirt poisson | T shirt smiley | T shirt chat | T shirt voiture
LIVRAISON OFFERTE
à partir de 60€ d'achat pour la France métropolitaine
à partir de 120€ d'achat pour le reste du monde